LES PATHOLOGIES INCURABLES DES ECONOMIES EUROPENNES

2/5/2013

 

Version en langue française

 

***

Cette fois c'est sûr, les blessures des économies européennes sont cicatrisées, tous les maux dont elles souffraient sont en cours de guérison avec des médicaments efficaces. Et selon tous les indicateurs économico-financiers, la croissance repartira dès le début de l'année 2014.

C'est du moins ce que l'on peut en déduire des propos tenus ces derniers jours devant les médias, par les Présidents du Conseil Italien, Espagnol et Portugais.Ils doivent se dire que cela leur laisse toute l'année 2013 pour "se faire la main", en augmentant tel impôt ou en diminuant tel autre et en créant quelques taxes supplémentaires par si par là. Et qu'avant la fin Décembre 2013 on sera tirés d'affaire!...

Que messieurs les Présidents veuillent bien m'en excuser, mais je trouve qu'il y a un peu trop d'optimisme dans leurs propos. L'état de santé des économies des pays de la zone euro, n'est pas si rassurant que cela.

Prenons l'exemple de six de ces pays:

La GRECE: taux de chômage en 2012, 26,8 % de la population active; dette publique, 189 % du PIB; déficit budhétaire pour 2013, 6,7 % du PIB; croissance économique négative en 2012, -6,4 %.

Le PORTUGAL: taux de chômage,16,2 % des actifs; dette publique 115,4 % du PIB; déficit budgétaire pour 2013, 6,8 % du PIB; croissance économique en 2012, -3,2 %.

L'ESPAGNE: taux de chômage 26;1 %; dett publique, 90,5 % du PIB; déficit budhétaire pour 2013, 7 % du PIB; croissance économique en 2012, -0,55 %.

IRLANDE: nombre de chômeurs, 11,6 % de la population active; dette publique, 120 % du PIB; déficit budgétaire pour 2013, 7 % du PIB; croissance économique en 2012, 0,5 %.

L'ITALIE:taux de chômage, 11,9 %; dette publique, 115,8 % du PIB; déficit budgétaire pour 2013, 4,9 % du PIB; croissance économique en 2012, 0,4 %.

La FRANCE: taux de chômage12 % de la population active; dette publique, 90 % du PIB; déficit budgétaire pour 2013, 4,6 % du PIB; croissance économique en 2012, 0,3 %.

 

En ce qui concerne la Grèce, le Portugal et l'Irlande, les obligations financières et les exigeces en politique intérieur imposées par le FMI et la Commission européenne, les principaux créanciers, brident le développement dans tous les secteurs d'activité, accélérant la dynamique du chômage et l'appauvrissement de la masse consommatrice. En France, en Espagne et en Italie, les politiques d'austérité mises en oeuvre par les Gouvernements aboutissent pratiquement au même résultat.

Certes, tirées par l'économie américaine, les économies européennes connaîtront une certaine reprise en 2014. La production pourrait augmenter de manière significative. Mais produire ne suffi pas, encore faut-il pouvoir vendre la production. Et c'est là que tout risque de se compliquer, car l'espace consommateur européen est exsangue.

Qu'on règle d'abord les problèmes des dettes, des coûts de revient et de la qualité des produits et, avant tout, celui du pouvoir d'achat des consommateurs.

Pour ce qui est d'une croissance soutenue et durable, on verra après!..

                                                                                                              José Lino 

 

 

Category : economie | Write a comment | Print

From the same author

Comments

Timothy Madden, le 24-07-2016 à 10:06:39 :

Great effort

By reading this title we can understand that here writer is talking about economy of European countries which is very important topic to discuss.  But mostly people from uk essay services will avoid it because it seems very boring and due to background color of fonts it is very difficult to read this content.